COVID 19 et pollution industrielle de notre corridor Seveso

Depuis mi mars, début du confinement et de la fermeture des écoles, l’activité industrielle sur le corridor s’étendant de St Clair à Sablons est fortement réduite, de même que la circulation des véhicules légers à très fortement diminuée de fait.
Une photo prise en semaine, le 19 mars dernier, montre des émissions visibles de « fumées » sur la zone industrielle bien plus faibles qu’à l’accoutumée.
Nous pourrions logiquement penser que la pollution atmosphérique due aux industries polluantes aurait du donc nettement diminuer.
Et pourtant.
Malgré cette atmosphère plus claire que d’habitude, nous constatons que la qualité de l’air mesurée et publiée par Atmo reste médiocre.
En d’autres mots si la qualité de l’air reste médiocre alors que les usines tournent au ralenti, il y a un problème quelque part.
Ça pourrait signifier qu’en temps normal les usines ne polluent pas plus qu’en période de très faible activité. Ca serait une bonne nouvelle, mais pas plausible.
Parmi les explications possibles, il pourrait y avoir la météo, parce que le soleil et la chaleur omniprésent depuis le début du confinement ont un impact sur la production d’ozone stratosphérique.
Mais une autre hypothèse pourrait être que les paramètres de définition de la qualité de l’air Atmo, soient les polluants captés et analysés, sont très peu sensibles à la pollution spécifiquement industrielle.
Si ATMO ne tient pas suffisamment compte de la pollution industrielle dans son évaluation de la qualité de l’air, alors il est logique que l’indice publié ne se modifie que peu lorsque cette pollution est visiblement en baisse.
Alors, nous interrogeons notamment la relation entre la circulation des camions qui reste très chargée, les indices, et les les polluant captés, soient Ozone, PM10, PM2,5, monoxyde d’azote et dioxyde d’azote. Les mesures Atmo très fortement orientées sur les polluants liés au trafic de camions (qui reste important) et d’automobiles donnerait donc un indice agrégé peu sensible aux variations de la pollution industrielle.
C’est un sujet que nous avons fréquemment abordé avec élus et autorités, sans voir bouger significativement les choses : un système qui ne mesure pas correctement la pollution industrielle n’est pas adapté aux besoins de notre zone.

Sur la question, ce paradoxe, vos remarques, connaissances, explications scientifiques sont les bienvenues, écrivez nous à vivreicienvironnement@gmail.com

À suivre…
Vivre le 9 avril 2020

Inspira et les alentours

Commentaire ATMO du 25 mars au 10 avril 2020
Mercredi 25 mars, la qualité de l’air fut considérée comme bonne en Auvergne Rhône-Alpes, en lien avec des conditions météorologiques favorables à la dispersion et au lessivage des polluants présents dans l’atmosphère.
Jeudi 26 mars, un léger vent de nord continue de souffler sur la Région, contribuant à la dispersion des polluants. La qualité de l’air reste bonne sur le territoire.
Vendredi 27 mars, les émissions polluantes devraient rester faibles et la météorologie comparable, conduisant au maintien d’une bonne qualité de l’air.
Samedi 28 mars, un ensoleillement plus conséquent et des températures plus élevées pourraient favoriser l’augmentation des taux d’ozone sur les reliefs de la région notamment. La qualité de l’air pourrait donc être bonne à moyenne.
Lundi 30 mars, la qualité de l’air fut bonne sur la région.
Mardi 31 mars, avec le retour d’un vent de nord, favorable à la dispersion des polluants, la qualité de l’air sera bonne sur toute la région.
Mercredi 1 et jeudi 2 avril, les conditions seront un peu plus stables mais suffisantes au maintien d’une bonne qualité de l’air sur l’ensemble du territoire.
Jeudi 2 avril, la qualité de l’air fut majoritairement bonne sur la région, avec des taux d’ozone qui restent stables et des concentrations de particules qui augmentent légèrement.
vendredi 3 avril, des conditions météorologiques similaires et des émissions polluantes inchangées devraient conduire au maintien d’une bonne qualité de l’air en Auvergne Rhône-Alpes.
Samedi 4 avril, une plus grande stabilité des masses d’air pourrait être favorable à l’accumulation des polluants à faible altitude, et conduire à une qualité de l’air bonne à moyenne.
Dimanche 5 avril, le passage en vent de sud pourrait contribuer à l’arrivée de masses d’air déjà chargées en ozone sur la région. Les taux d’ozone devraient donc rester modérés et la qualité de l’air globalement moyenne.
Mardi 7 avril, à l’extérieur, la qualité de l’air est restée globalement moyenne avec des concentrations en ozone influencées par les températures et l’ensoleillement généreux sur l’ensemble de la Région.
Mercredi 8 avril, les conditions restent similaires aujourd’hui. Nous constatons une hausse des niveaux de particules fines certainement liée à un passage de sables sahariens. Cependant, c’est l’ozone qui influera le plus sur les indices de qualité de l’air qui devraient rester bons à médiocres localement.
Jeudi 9 et vendredi 10, cette situation devrait persister et la qualité de l’air devrait rester stable.

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s